Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ville Urbanisme Maroc

Mahfouz est mort, vive le Caire

5 Septembre 2006, 11:28am

Publié par Mohammed EL MALTI

  
    Toutes les cités ont, heureusement, survécu à leurs morts, Le Caire ne fera pas exception. Elle fera plus que survivre, elle vivra, grâce à la vie partagée d'un des siens. Mais cette fois ci, la ville et l'homme étaient tellement attachés que leur séparation laissera des traces. Des traces que Neguib Mahfouz (1911-2006), celui qu'on appelle "le plus grand des cairotes", aura consacré sa vie à graver dans l'esprit des Cairotes et dans la mémoire des lieux. Il ne la quittera jamais, ou rarement, même pour aller recevoir le prix Nobel de littérature qui lui a été attribué en 1988

    Il n'y a pas rue que Mahfouz n'aura foulée, ni odeurs et parfums qu'il n'a
ura sentis, il n'y a pas rumeurs ou cris qu'il n'aura perçus, il n'y a pas mouvement des astres qu'il n'aura admiré, même après sa cécité, sur fond des Pyramides monumentales, du Sphinx majestueux, de minarets transperçant le ciel et de quartiers miséreux. Il n'y a pas marchand de journaux, tenancier de café ou chaland de Khan el Khalili, qui ne connaisse Mahfouz et qui ne lui ait serré la main, il n'y pas lieu qu'il n'aura marqué de son passage et où il n'ait sa place de choix.

    Je suis dans l'incapacité totale de parler ou de décrire son œuvre vue son ampleur et, je dois le reconnaître avec beaucoup de regrets mais sans complexe, ma méconnaissance sinon mon inculture de la littérature arabe. Mais je sais que son oeuvre a inspiré plus d'un artiste. Combien de films, de pièces de théâtre, de chansons ont été adaptés à partir de ses romans et de ses écrits. Et je peux dire qu'il n'y a pas à ma connaissance œuvre littéraire plus attachée à un lieu, le Caire, que celle de Neguib Mahfouz

Je garderai toujours en mémoire les films des débuts de la télé en noir et blanc, le temps ou le cinéma égyptien faisait encore concurrence à Hollywood, qui donnait une image surréaliste de la vie cairote avec ses intrigues bourgeoises occidentalisées et les contradictions et ambiguïtés du nationalisme, du panarabisme et de la lutte pour l'indépendance. Le Caire a été le théâtre de tout cela et tout cela a été décrit par Neguib Mahfouz avec un soucis de détail qui donne parfois le vertige. Même dans ses romans les plus engagés comme "Abnâa Hâratina" (Les Enfants de notre quartier) il a mis en scène ses personnages, dans sa ville.

Je ne suis pas très fan des séries télé, mais il y en a une que j'ai suivi, il y a quelques années, avec une rare assiduité. C'est l'adaptation de la Trilogie de Mahfouz dans laquelle sont rassemblés trois romans (Impasse des Deux Palais, Le Palais du désir et Le Jardin du passé) dans lesquels il décrit Gamaleyah, le vieux quartier populaire où il a vu le jour. Il y met en scène une famille évoluant, à travers plusieurs générations, dans la ville sociale, la ville culturelle, la ville politique, la ville nouvelle, la ville ancienne, la ville des pauvres, la ville des riches, LA VILLE, dans ses intrigues, ses conflits et dans ses contradictions avec toutes les rides et les cicatrices du temps qui font sa beauté et sa force.

C'est ça LA VILLE, celle qu'a également décrite Jane Jacobs (voir mon article "Jane Jacobs and the New Urbanism") et qu'a vécu Emile ZOLA et que nous souhaiterions léguer à nos enfants. Une ville qui ne veut cacher ni ses forces ni ses faiblesses, ni sa beauté ni sa laideur.
La ville réelle faite par ses habitants.


Commenter cet article

Said Mouline 07/09/2006 03:23

Cher ami,
C\\\'est chaleureux de lire ton hommage à Naguib Mahfouz. Hommage frais, sincère et contagieux. Les photos choisies sont très expressives. J\\\'espère que cela suscitera des réactions sur des relations d\\\'osmose entre écrivain, poète, peintre, sculpteur, artiste et un pays, une ville, un lieu particulier.

Du positif et du négatif également comme le le héros du roman de Rachid BOUJEDRA , dans \\\" Topographie idéale pour une agression caractérisée \\\" (paru en 1975). Héros qui quitte son village natal d’Algérie, émigre en France, débarque un matin Gare d’Austerlitz et s’engouffre dans le métro parisien. Là, il perd non seulement toute orientation, faute de repères dans l’espace, mais il est complètement déboussolé. Déboussolé au double sens du terme, physique et mental, au point de ne plus trouver la sortie, au point de ne plus trouver d’issue – au propre comme au figuré. Alors il succombe au terme d’un périple mortel, véritable mise à mort d’un émigré par un univers urbain qui lui est étranger. La mort est, ici, la représentation
symbolique de l’incompatibilité entre deux univers. L’univers mental du héros et l’univers spatial dans lequel il se trouve immergé, incarcéré. C’est bien entendu, même dans un roman, un cas extrême.
Toujours dans une littérature contemporaine centrée sur l’univers urbain, sur la ville, sur ses transformations radicales, le héros du roman d’Eduardo MENDOZA (paru en 1983, Onofre Bouvila, héros de \\\" La ville des prodiges \\\" vit de manière bien différente l’extraordinaire évolution de Barcelone sur près d’un demi-siècle. De paysan effaré et gagnant misérablement sa vie sur un chantier, il épouse l’ascension extraordinaire de la capitale catalane et devient l’un des
hommes les plus riches du monde. Ce qui est important dans ces deux exemples extrêmes est non l’issue, tragique ou féerique, mais la dualité des systèmes mentaux et spatiaux auxquels sont confrontés les processus vitaux des personnages qui y prennent place, comme acteurs dans un théâtre, avec ou sans repères.
L\\\'on peut penser à la relation particulière qu\\\'entrenait , par ouvrages interposés Hamed Séfrioui avec Fès. Celle également qu\\\'entrenait Mohamed Choukry avec Tanger. Celle qu\\\'entretenait Honoré de Balzac avec Paris dans la longue série de romans constituant \\\" La Comédie Humaine \\\".
Phénomène fréquent chez les peintres, maîtres de la lumière, tel Paul Cezanne qui a fait une grande série de la Montagne Sainte Victoire dans son village d\\\'Auvers-sur-Oise.
Je suis persuadé que sans que l\\\'osmose ne soit aussi forte que celle unissant Naguib Mahfouz et Le Caire, des relations privilégiées existent entre lieux avec lesquels peintres, sculpteurs, musiciens, conteurs, etc., tissent des liens qui nous seront révéler par d\\\'autres commentaires.

ML 06/09/2006 13:15

L'auteur ( hauteur ?) est mort, mais ses héros restent.La ville, Le Caire, elle, est immortelle.ML...un culte