Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ville Urbanisme Maroc

"Bidonville": un coup de coeur

26 Avril 2008, 09:47am

Publié par Mohammed EL MALTI

Bidonville

Regarde là, ma ville.
Elle s'appelle Bidon,
Bidon, Bidon, Bidonville.
Vivre là-dedans, c'est coton.
Les filles qui ont la peau douce
La vendent pour manger.
Dans les chambres, l'herbe pousse.
Pour y dormir, faut se pousser.
Les gosses jouent, mais le ballon,
C'est une boîte de sardines, Bidon.

Donne-moi ta main, camarade,
Toi qui viens d'un pays
Où les hommes sont beaux.
Donne-moi ta main, camarade.
J'ai cinq doigts, moi aussi.
On peut se croire égaux.

Regarde là, ma ville.
Elle s'appelle Bidon,
Bidon, Bidon, Bidonville.
Me tailler d'ici, à quoi bon ?
Pourquoi veux-tu que je me perde
Dans tes cités ? A quoi ça sert ?
Je verrais toujours de la merde,
Même dans le bleu de la mer.
Je dormirais sur des millions,
Je reverrais toujours, toujours Bidon.

Donne-moi ta main, camarade,
Toi qui viens d'un pays
Où les hommes sont beaux.
Donne-moi ta main, camarade.
J'ai cinq doigts, moi aussi.
On peut se croire égaux.

Serre-moi la main, camarade.
Je te dis : "Au revoir".
Je te dis : "A bientôt".
Bientôt, bientôt,
On pourra se parler, camarade.
Bientôt, bientôt,
On pourra s'embrasser, camarade.
Bientôt, bientôt,
Les oiseaux, les jardins, les cascades.
Bientôt, bientôt,
Le soleil dansera, camarade.
Bientôt, bientôt,
Je t'attends, je t'attends, camarade.

Claude Nougaro
Titre original: "Berimbau"

Commenter cet article

Toutou 12/08/2013 13:40

Merci!

proofreading services 20/02/2012 10:22


Such information is very useful. People can use it in their work. 

akki 26/12/2009 12:42



par pur hasard je retrouve ton blog cousin!!!j ai fait un petit tour la dedans et comme je ne peux me passer de commentaires surtout en ce qui concerne le sujet des bidonvilles au Maroc jeme
permettrai de soulever un petit point qui est en fait un gros que la mentalité Bidon est bien ancrée dans notre patrimoine commun;il n y a qu a voir les toits des ''residences des nos villes pour
voir les bidons et les debarras improvisés!!pour le reste la crise et les spéculateurs sont les catalyseurs du phénomene berrakka!!!dans un pays de 40 millions d habitants et de 700000km2 on
trouve pas de place!!!
bonne année cousin!!!il y a du chemin a faire et de beaux jours devant les promotteurs immobiliers ou les gazarras aakariyines!
khalid



nadia 26/09/2009 13:26


bonjour monsieur chui une étudiante dans votre atelier et permettez moi de vous féliciter pour ce blog très intéressant qui enrichira nos connaissances à propos de l ' urbanisme et les villes


Hennane Tawfiq 30/10/2008 21:26

Je viens de découvrir ton blog et j'ai été ravi de te lire. Ayant travaillé sur les bidonvilles et ayant contribué à la résorption de quelques uns, je me sens obligé de faire un commentaire et réagir à ton article.
 "En plus de ca j'apprécie énormément le chanteur".
Bref, le phénomène des bidonvilles au Maroc est très ancien, c'est un mode d'habiter aussi ancien que l'habitat rural et même que l'habitat en médina. Sauf que ce type d'habitat est perçu aujourd'hui comme une tache noire dans le paysage urbain avec ces nouvelles normes. Je ne légitime pas ce mode d’habiter, mais je pense qu’il faut l’aborder surtout par la dimension sociale avant d’entamer le côté physique et purement urbanistique et architectural. La problématique est très complexe, elle nécessite une grande réflexion et beaucoup d’audace dans la manière d’intervenir. Je peux dire que ce n’est pas si facile que ca. C’est une lourde tâche et ce n'est pas avec des slogans qu'on va réussir ce défi, mais avec une plus grande implication, et sur le terrain, en allant vers les gens pour les accompagner vraiment dans leur quotidien. C'est vrai, un grand retard a été enregistré dans ce domaine, il faut donc beaucoup de temps pour pouvoir espérer venir à bout de ce phénomène, n'empêche que la stratégie engagée ne répond pas exactement aux objectifs. Regardons les choses en face, Le problème nécessite l'engagement de tout le monde, les pouvoirs publics, les instances élues, les citoyens, l'ensemble des forces vives du pays. Si chacun dans la mesure du possible et selon son champs d’intervention, avec honnêteté et moralité essaye de faire de son mieux, on pourrait espérer, mais… malheureusement les choses sont ce qu’elles sont.  La réalité dépasse la fiction...
Je pourrais dire qu’il y a de bonnes volontés, mais ca ne suffit pas, en tout cas, personnellement,  ma satisfaction était d'avoir participer à améliorer les conditions de vie de quelques familles et surtout "sauver" quelques gamins et gamines des conditions désastreuses dans lesquelles ils vivaient. Je peux te dire que suite à mon expérience vécue dans le domaine de la résorption, j'ai été marqué à vie et au fer rouge, chose qui m'as poussé à écrire un roman sur le vécu des bidonvillois, je suis assez avancé et j'espère y arriver bientôt.Pour finir, je te dis encore une fois que suis ravi de participer à ton blog et que je serais "incha allah" parmi les fideles... à très bientôt cher ami