Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ville Urbanisme Maroc

Maroc, l'enseignement privé de l'architecture

18 Mars 2008, 14:35pm

Publié par Mohammed EL MALTI

ANNIVERSAIRE.

Cela fait un peu plus que deux ans que j'ai fait le grand saut dans le monde des blogueurs, l'univers du débat et des échanges virtuels d'idées.
Depuis, "Villes, Urbanisme, Maroc" a  été visité par un peu plus de 29 000 visiteurs qui ont vu près de 89 000 pages, avec  des records de 500 pages en une journée et de 7000 pages en un mois. Je ne sais pas si c'est peu ou beaucoup mais j'ai toujours un petit sentiment de satisfaction à croiser quotidiennement des visiteurs de passage et à en avoir fidélisé quelques-uns.

J'ai cependant un petit regret. Les spécialistes des métiers de la ville et de l'espace au Maroc (architectes, urbanistes, géographes et sociologues urbains, etc.), ne semblent pas avoir encore été pris dans le tourbillon de la blogosphère et compris l'intérêt de débattre en réseau des grandes questions de la ville et de l'espace et des problèmes auxquelles sont confrontés tous les citoyens et notamment ceux qui sont liés à l'immobilier et la qualité de vie dans les villes marocaines.

En dehors de "missarchi" (http://www.missarchi.canalblog.com/) que je félicite pour la qualité de son blog et la pertinence de ses articles et d'une certaine "fille dérangée" (http://blog.ma/chighaf/) qui nous a généreusement livré ses "mémoires" mais dont le dernier post après une très longue absence, date déjà, à notre grand regret, de juin 2007, et d'autres que je ne connais pas nécessairement, je ne pense pas que nous soyons plus que les doigts d'une seule mains. Je reçois quelques commentaires de qualité, mais dont le nombre est très largement en deçà de celui auquel on pourrait s'attendre au regard du caractère stratégique des sujets soumis au débat. Souhaitons longue vie aux espaces qui existent et espérons que beaucoup d'autres les rejoindront.

Pour inaugurer la troisième année de "Villes, Urbanisme, Maroc", j'offre son espace au débat sur un sujet qui devrait intéresser l'ensemble des architectes: l'enseignement privé de l'architecture au Maroc.


Une polémique sur le sujet vient d'éclater au grand jour. Elle oppose la direction de l'Ecole Supérieure d'Architecture de Casablanca-EAC ("www.ecole-archi-casa.com"), qui défend son existence et la reconnaissance de son diplôme, au Conseil National de l'Ordre des Architectes du Maroc-CNOAR (http://www.ordrearchitectes.ma/) par la voix de son président, qui s'y oppose. Elle s'est manifestée publiquement par un appel de soutien adressé par la première à un certain nombre d'architectes (privé, public, anciens responsables du CNOAR) d'une part et par une lettre d'information signée par le Président du CNOAR adressée à tous les architectes inscrits sur le tableau de l'ordre d'autre part.

J'ai été contacté par les responsables de l'EAC en tant qu'ancien vice-président du CNOAR, ancien responsable dans l'administration en charge de l'urbanisme, mais je livre là mon point de vue d'architecte, encore militant, toujours jaloux de sa profession.

Je leur ai accordé mon soutien de principe pour deux raisons sans porter de jugement sur la qualité du cursus et avant de me prononcer sur l'opportunité et la fiabilité de l'enseignement privé de l'architecture.

  • La première relève de l'état de droit et donne toute la légalité à l'EAC. En effet, elle a été créée avec l'appui du Premier Ministre suite à un appel à manifestation d'intérêt lancé par le Ministère en charge de la profession auquel ont participé plusieurs groupements d'architectes. Ses statuts et son ouverture ont été validés et approuvés par le département gouvernemental en charge de l'enseignement supérieur privé. Ceci interpelle donc  directement le Ministère de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement de l'Espace quant à son rôle d'arbitre et de maître d'ouvrage du projet.
  • L'autre relève d'un sentiment vis-à-vis des étudiants et de leurs parents qui ont fait confiance au gouvernement censé défendre leurs intérêts, et qui leur donne toute la légitimité pour exiger de l'école qu'elle assure un enseignement de qualité et délivre un diplôme reconnu.

Quant à la question de l'enseignement privé de l'architecture, qui a ses défenseurs et ses pourfendeurs, il me semble qu'elle mérite de faire l'objet d'un large débat à l'échelle nationale, plus centré sur la qualité de l'enseignement dispensé que sur le statut juridique de l'institution qui le dispense. Ne dit-on pas à juste titre "peu importe le contenant, pourvu qu'on ait l'ivresse".

À vos claviers pour les commentaires.

Commenter cet article

how to make money online for free 19/11/2013 12:33

You are actually doing a wonderful job with the blog. The articles are well written. The increasing number of pageviews and number of visitors proves this. I hope you will update the blog soon. Keep up the good work.

Etudiant à l'ena 03/01/2012 11:13


bonjour,


en reponse à ce qui a été dit dans le dexième volet des arguments avancés, puisquele premier est d'ordre administratif et je n'est pas beaucoup d'informations sur le sujet, qaund vous parlez des
etudiants et leurs parents (ceux de l'EAC) vous avez tendance à oublier la galère par laquelle les etudiants de l'ENA sont passés pour y accéder, travail acherné durant tout le lycée, et ensuite
préparation des concours, et tout le reste; et vous allez les mettre au même pied d'égalité avec des étudiants qui ont à peine le Bac, même pas mention, et qui accède à l'école grâce au porte
monnaie de leurs parents, qui ne sont pas aussi compétents que les étudiants de l'ENA, et qui risquent pas de décaler ni de rater ne année puisqu'ils paient, qui etudient sans contrainte ..... et
en plus dont la majorité des parents sont des architectes.


alor comment à votre avis se sentiront les etudiants de l'ENA, c'est ça la vrai question?????????????????????

amal 29/10/2010 19:19



FINALEMENT LA VERITE A ECLATE AUX GRAND JOUR :  PAS DE DIPLOME RECONNU ?????  LE PREMIER DIPLOME DEVAIT ETRE ATTRIBUE EN JUIN 2010    A CE JOUR   RIEN
?????????????  LES PARENTS AVAIENT RAISON  



jaouad 27/04/2009 13:09

la verite est au bout du tunel      mais elle peut etre grave de consequences pour  tout et toute ces etudiants qui ont simplement fait confiance ;  le systeme est polué des le depart ;de gros interet sont en jeu  ::::::::::: mais les proprietaire de l"ecole ne sont pas claire ;ils balencerons tout  sur hjira; farkhani n"est pas ne de la derniere pluie.il a vite compris que pour solidifier la position de l"ordre  qui est deja solide de part la loi 16/_ç   il a rejoint le parti d el himma  car la bataille sera qussi politique !!!  bref  pauvre etudiants  pauvre  victimes  mais  aussi pauvre  metier d architecte si toute  les ecoles  privees  commence a delivree des diplomes  d architecte    immaginez le resultat   

khalid 08/03/2009 11:57

tout cela est negatif: nous sommes debile de faire croire que le diplome fera de nous un ARCHITECTE competent ou non             mais la realité est la elle nous rattrape a chaque fois : au maroc et ailleurs vous ne pouvez exercer le metier que si vous avez un diplome reconnu et c'est le hic