Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ville Urbanisme Maroc

L'Architecture ne fait pas la Ville

12 Janvier 2007, 15:36pm

Publié par Mohammed EL MALTI

    Le mois de janvier est celui de la fête des architectes du Maroc. Cette fête est célébrée en commémoration du discours prononcé devant des représentants de la profession par le Roi défunt Hassan II à Marrakech le 14 janvier 1986. La manifestation est organisée cette année sous le thème "L'Architecture Miroir des Cultures et des Civilisations". A cette occasion, je vous soumet quelques réflexions que m'a inspiré une visite que je viens d'effectuer en Suisse où je me suis rendu lors de mon dernier voyage.

L'architecture ne fait pas la ville

    La Suisse, qui a donné naissance à Le Corbusier, n'est certainement pas une concentration de chef d'œuvres architecturaux. En dehors de certaines tentatives mineures, le paysage architectural est essentiellement composé d'un mélange d'anciens édifices dans un style réinterprété de l'école des beaux-arts et d'édifices des années soixante et soixante-dix.

    Et pourtant! L'espace urbain et la qualité de vie dans la cité helvète, et Lausanne que j'ai visité en particulier, méritent d'être donnés comme exemple. Il y fait bon vivre, la promenade y est agréable, même sous le ciel couvert et pluvieux de l'hiver et avec des températures proches du zéro. Le citoyen y trouve tout ce qui fait sa vie de citadin.

    Dans notre beau Maroc, que je n'irai quand même pas jusqu'à qualifier de "plus beau pays du monde", le soleil et l'hospitalité, l'ouverture, la culture et les civilisations, les traditions architecturales millénaires, sont autant d'atouts à même de créer des conditions de vie et de travail agréable et prospère.

    Le potentiel et les tendances de développement, comme semblent le montrer tous les indicateurs économiques, et sociaux dans une moindre mesure, sont également là pour conforter ces conditions.
 
    Et pourtant, la réalité est tout autre. On a tendance à penser qu'il suffit de l'usage de certains artifices pour faire la ville et que des opérations cosmétiques peuvent cacher de façon pérenne, les conséquences des défaillances en matière de politique et de gouvernance urbaine. 

    Parmi ces artifices, l'utilisation primaire de l'architecture occupe une place de choix.

    C'est ainsi que l'on a tantôt utilisé l'"ordonnancement architectural" et les "fronts bâtis" (le cache-misère) tantôt les "commissions d'esthétique" (la bonne conscience des responsables de la chose urbaine) ou le concours pour le choix de la maîtrise d'œuvre architecturale, avec comme objectif l'amélioration du paysage architectural et par ricochet le paysage urbain de la cité. Parlons-en.
   
   L'espace urbain marocain actuel a certes vu émerger des réalisations architecturales d'une certaine qualité qui, quoique surdéterminées par les nouveaux outils d'assistance à la conception, ont révélé une légère amélioration de la production, mais en ont-elles fait une ville, ont-elle créer les conditions réelles de l'urbanité. 
   
    Non. L'addition de beaux édifices n'a jamais fait la ville. Des agglomérations urbaines comme Dubaï, pour ne citer que celle-ci, qui est devenu un vrai champ de délires et de fantasmes architecturaux, sont tellement aseptisées, sans âmes, qu'elles ont encore besoin de temps et de l'intelligence des architectes, des donneurs d'ordre et des responsables de la chose urbaine pour devenir des villes, des cités.

    L'intelligence des architectes du Maroc serait de faire preuve d'un peu d'humilité et de placer dans le rôle principal de leur mise en scène urbaine, il s'agit effectivement d'une mise en scène qui doit favoriser le jeu de tous les acteurs, non pas eux-mêmes ou leur édifice mais la ville. Parce que la ville est bien au cœur de la pièce.

    L'architecte doit jouer ce rôle de metteur en scène parce que aujourd'hui, au Maroc, il est le seul à pouvoir le faire. Mais pour cela il a plutôt intérêt à prendre un peu de recul par rapport aux contingences du moment et à  éviter trop de compromis qui sont certes des passages obligés pour la fabrication de la ville mais dont la recherche systématique pousse souvent à la compromission.

    Bonne fête à tous les confrères.


Commenter cet article

new hats 09/04/2011 09:35



when we visit this new era store online, we see so many new era hats cheap there, and new fashion new era hats wholesale price. just to do new era caps wholesale and wholesale new era hats with
them.



FVC 06/02/2007 11:21

Quand il faut nuancer ses affirmations !!
Si l'architecte ne fait pas la ville alors l'hirondelle ne fait pas le printemps ...et pourtant ...
La ville recouvre plusieurs définitions  et  la " pierre angulaire " de toute ville est la physionnomie que lui confère tout architecte de talent ou de médiocrité .
Le phénomène économique qui place l'architecte dans ses choix ou conceptions entraîne forcemment des dérapages mais soyons positifs et l'expérience marocaine peut en être la démonstration .
Chez vous et chez nous nous savons que votre belle profession sait intégrer maintenant tout espace de vie compatible aux besoins des populations et c'est au législateur a veiller à la moralisation de ces données .
FVC .

LASPORTING 29/01/2007 12:20

http://lasporting.over-blog.org/
jE T INVITE A VENIR VISITER MON SITE ET LAISSER UN COMMENTAIRE. BRAVO POUR TON BLOG.

nawalita 12/01/2007 23:03

 "La Suisse, qui a donné naissance à Le Corbusier, n'est certainement pas une concentration de chef d'œuvres architecturaux."????
Cette phrase m'a quelque peu choquée. La Suisse n'a pas seulement enfanté Le Corbusier, mais également une pléiade d'excellents architectes comme Zumthor, Herzog et Demeuron, Bernard Tschumi, Luigi Snozi...la liste est looooguissime.
Si vous n'avez pas été ému de votre visite de Lausanne-ce que je peux entendre- allez aux bains de Vals: personellement, ce fût l'une des expériences "architecturales" les plus exquises...à recommencer dès que j'aurais le temps :-)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Peter_Zumthor