Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ville Urbanisme Maroc

Espérons que le meilleur est à venir. Pourquoi pas en 2007.

4 Janvier 2007, 15:23pm

Publié par Mohammed EL MALTI

    Mes meilleurs vœux pour l'année 2007. Je reviens d'un voyage familial qui m'a coupé de la communauté pour une courte période et ne m'a pas permis de répondre aux commentaires sur les derniers articles. Mea culpa.

    2006 nous a laissés sur notre faim. Très peu d'avancées concrètes ont été enregistrées, notamment dans le domaine qui nous intéresse, l'urbanisme.

  • -Le projet de code est en panne.
  • -La loi 04/04 modifiant certaines dispositions des lois actuelles (12/90 et 25/90), au Parlement depuis 4 ans, peine à passer le cap de son examen par la commission compétente.
  • -La mise à niveau urbaine n'arrive pas à dépasser le seuil discours.
  • -La croissance et le développement des villes souffrent de l'absence de vision stratégique.
  • -On attend toujours des villes nouvelles, que certains considèrent comme "la suite logique pour tout développement économique" et la solution à tous les maux urbains, qu'elle fasse des miracles.
  • -L'habitat en bidonville continue à résister aux offres sociales, aussi bien publiques que privées, mises sur le marché, comme en témoigne le rythme de livraison des logements dits " faible VIT" notamment dans les grandes agglomérations.
  • -Les quartiers non réglementaires continuent à se développer comme alternative à toutes ces faiblesses.
  • -L'état des villes continue à se dégrader malgré des actions cosmétiques entreprises çà et là.
  • -La Médina de Fès, témoin de la situation de tout le patrimoine architectural et urbain, continue à marcher avec des béquilles

    Certains grands projets d'aménagement semblent certes avancer, mais ils doivent impérativement évoluer vers de vrais projets urbains pour prétendre avoir un impact réel sur la ville.

    La production de logement a également augmenté sensiblement, le secteur de l'habitat n'a en effet jamais bénéficié d'autant de moyens financiers et fonciers que pendant les cinq dernières année, mais, chose paradoxale, son impact tarde à se faire sentir sur le terrain.

    Le dynamisme de certains secteurs d'activité, notamment le tourisme et l'off-shoring, grands créateurs d'emplois, ont certes eu des effets positifs sur certaines agglomérations, mais attention aux risques possibles de retour de manivelle dus à leur fragilité.

    La ville et la qualité de vie urbaine sont au cœur de la question du développement. Dans son discours prononcé à l'occasion de la tenue de la dernière rencontre des collectivités locales à Agadir, le Souverain n'a pas manqué de signaler l'essor et l'expansion urbaine des villes marocaines en insistant sur la nécessité d'adopter "une vision globale, permettant d'anticiper et de maîtriser les implications de cette expansion". Il a en outre recentré les objectifs en ajoutant que "ce que nous visons, en définitive, ce n'est pas uniquement d'avoir des villes sans bidonvilles, ni d'y substituer des blocs de béton sans âme, réfractaires à toute sociabilité. Nous entendons, plutôt, ériger nos cités en espaces propices à la vie en bonne intelligence, dans la convivialité et la dignité, et en faire des pôles d'investissement et de production, et des agglomérations attachées à leur spécificité et à l'originalité de leur cachet."  

     Espérons que le meilleur est à venir. Pourquoi pas en 2007.

Commenter cet article

Benoît L. 08/01/2007 17:33

Bonne année à toi aussi Mohammed.
Moi, je n'attends pas beaucoup de miracles, mais ce n'est pas pour ça que 2007 ne peut pas amener son lot de bonnes nouvelles et de bons compromis (voir sur mon blog).
A bientôt

nawalita 07/01/2007 14:31

2007, année des miracles? Au Maroc, tout est possible.
Même si votre bilan dresse un portrait négatif de la situation urbaine actuelle, des indices incitent à croire en un redressement de la situation...on espère juste que ça ne se fera pas trop attendre...